twitter el aurens-copie-1

twitter.jpg

  BESTIO NERO :  WISIGOTH de naissance,

OCCITAN de souche, résidant en GASCOGNE,

"Carte Nationale d'Identité" délivrée par

l'occupant FRANC.

Pour les "Favoris TWITTER", pressez les touches :

"CTRL" + "FIN". 

Jeudi 13 mai 2010 4 13 /05 /Mai /2010 19:31

Mise à jour du 12 Mai 2013

Il y a déjà longtemps que je voulais vous faire part des enseignements à tirer du cas de Florence Arthaud, tombée à la mer et récupérée de justesse grâce à la localisation de son téléphone portable.

Résumé de l'histoire : Florence Arthaud, seule sur un voilier, veut faire pipi et évidemment comme elle le dit elle n'est pas attachée et ne porte pas de gilet de sauvetage. Le problème c'est qu'elle tombe à la mer et le voilier lui, continu sa route !

Ce qui lui sauve la vie, c'est que son téléphone mobile est enfermé dans une housse étanche portée autour du cou en plus d'une lampe à éclats.

Mais là où cela devient intéressant c'est : A qui téléphone t'elle en premier ? Au 112 ? Non ! A SON FRÈRE ! Pourquoi ?

Parce que comme dans toute famille (ou amis) on connaît la voix des uns et des autres, pas besoin de faire un discours, d'épeler son nom, l'endroit où l'on se trouve ! Donc elle téléphone d'abord à son frère, lui explique la situation, l'endroit où elle se trouve et le laisse appeler les secours et localiser son appareil.

".....Elle récupère son téléphone étanche, rangé dans un sac plastique, - qui lui "a sauvé la vie" - appelle son frère à Paris et lui explique sa mésaventure. Ce dernier contacte les secours qui, par l'intermédiaire de la préfecture de police et le préfet de Corse, se mettent en liaison avec le CROSS-Med, le centre opérationnel de surveillance et de sauvetage de la Méditerranée".

C'est un excellent réflexe de survie ! Imaginez-vous en train de décrire un poste de chasse paumé dans la montagne à un gars du 112...! "Le poste à Monique sur le chemin de razures en passant par les prés de Saint Pé". Vous avez le temps de bouffer la batterie.... !

Alors un conseil en cas d'accident, téléphonez d'abord à quelqu'un qui connaît l'endroit où vous êtes et laissez-le contacter les secours. Ou bien contactez les secours en second et précisez-leur que quelqu'un d'autre aussi va les appeller. Hé oui, parce que imaginez que votre batterie tombe en rade aprés le premier appel.......!

004.gif Avant d’aborder les accidents de chasse, penchons nous d’abord sur les accidents dits « domestiques », ceux qui arrivent à la maison puis ceux provoqués par les sports dits « de montagne ».

Accidents domestiques en France : 20.000 morts par an. 400.000 brûlures par an. 600.000 morsures de chien. 250 morts par défenestration pour les enfants de 10 mois à 7 ans. 100 morts par an dus aux noyades (baignoire et piscine).

Accident de ski : saison 2005-2006 : 57 morts dont 52 en ski. Après passage au cabinet du Médecin de Montagne, on observe : 9.806 hospitalisations, 98 cas de pronostic vital en jeu. Pour 1.850.000, les snowboarders, ont provoqué 35.700 accidents ! A comparer avec les 1.400.000 chasseurs et leurs…. 163 accidents.

Il y a accident de chasse et… accident à la chasse.

On constate que dans 30 % des cas, le chasseur se blesse seul lors des manipulations de l’arme. Casser la glace d’un lac avec la crosse pour permettre à son chien de se dégager, et prendre une décharge de plomb mortelle, doit-il être comptabilisé avec les accidents dus à un tir direct ? Je vous laisse juge. On aimerait que les pouvoirs publics si prompts à financer des études statistiques sur tout et n’importe quoi, produisent chaque année un rapport détaillé de chaque accident. On pourrait l’appeler… « Retour d’expérience ».

Campagne de chasse : 2007-2008 : 163 accidents : 15 morts.

2006-2007 : 179 accidents. 24 morts.

2005-2006 : 169 accidents. 24 morts.

2004-2005 : 168 accidents. 26 morts.

2003-2004 : 203 accidents. 29 morts.  50 % de morts en moins en 5 ans.

Dans son communiqué de novembre 2006 l’ONFCS titrait : « Sécurité à la chasse : tendance à la diminution maintenue. La tendance à la baisse, observée depuis 1997, est maintenue. La part des accidents mortels (24) est également contenue, à hauteur de 14% de l’ensemble. Toutes circonstances confondues, on remarque qu’environ un tiers des accidents est dû à un problème de manipulation de l’arme; 26 départements n’ont déclaré aucun accident durant la saison. “

Saison 2007-2008. ONCFS communique : « 163 accidents (179 en 2006/2007) dont 15 mortels. Une tendance à la baisse confirmée depuis ces 10 dernières années (sensibilisation à la sécurité lors de l’examen et de la formation, épreuve pratique, effets fluos, portent leur fruit). Les accidents surviennent  à 52,4 %  lors de chasse au grand gibier et principalement au poste ». Pour faire encore mieux, Il faut généraliser et rendre le port obligatoire du gilet orange et non pas jaune fluo, la casquette étant notoirement insuffisante.

Extrait du journal « le Dauphiné « : “La balle a touché à la cuisse R. L qui s’est effondré blessé mais conscient. À l’aide d’une laisse de chien, J-P. R aurait lui-même réalisé un garrot à la victime. En attendant que les secours interviennent dans ce secteur escarpé et difficile d’accès. Médicalisé sur place par les sapeurs-pompiers du Teil et une équipe du Smur, le blessé âgé d’une trentaine d’années, a ensuite été hélitreuillé puis transporté sur le centre hospitalier de Valence.” Cela signifie que l’artère fémorale était touchée et que la mort allait survenir en quelques minutes, cas d’un autre accident de chasse où “…l’artère fémorale tranchée, la victime s’est effondrée devant ses compagnons de chasse impuissants. le blessé est décédé devant ses « compagnons impuissants » est-il écrit.

Deux accidents identiques : l’un s’en sort vivant, l’autre est mort. Il faut créer une qualification « Sauveteur-Secouriste de la Chasse ».  Dans chaque société de chasse, il faut animer 2 fois dans la saison, une session de sensibilisation aux premiers secours. Le plus important : apprendre à stopper une hémorragie, sauvegarder la victime en attendant les premiers secours. Choisir deux ou trois chasseurs volontaires parmi les plus assidus aux battues et de préférence des piqueurs qui se déplacent plus rapidement, porteurs d’une trousse d’urgence, composée en autres et obligatoirement du garrot C.A.T. (34.50 euros chez www.usmcpro.com).

Il y a accidents de chasse et accidents à la chasse :

- Tir direct ou atteinte par ricochet d’une balle.

- Charge d’un animal, en général, un sanglier blessé ou plus souvent qu’on ne le croit : le sanglier que l’on croit mort…. ! Vous savez celui qui a été «tué sur place ! ».

- Fracture suivant une chute, etc….

D’abord :

- S’assurer que tout danger est écarté, sanglier blessé notamment.

- Ne pas dépasser ses compétences.

- Assurer la survie du blessé en attendant les secours spécialisés.

- Faire décharger toutes les armes devant vous.

Ici il n’est pas question de faire du secourisme politiquement correct du style de ce que l’on peut entendre lors du brevet de secouriste « ne pas découper le Jeans 5…-limited-Edition on peut vous en demander le remboursement ». Au lieu de dire : « Vous n’avez pas le droit de poser un garrot, vous risquez l’amputation » expliquer quand et comment un point de compression est nécessaire. Le secourisme d’urgence à la chasse est plus proche de celui du champ de bataille que de la vie au quotidien. Il y a plusieurs sortes d’accidents de chasse : Fracture suite à une chute. Tir direct ou atteinte par ricochet d’une balle, charge d’un animal, en général, un sanglier blessé ou plus souvent qu’on ne le croit : le sanglier que l’on croit mort…. ! Vous savez celui qui a été «tué sur place d'un seule balle ! ».

Les conseils qui suivent peuvent s’appliquer aussi à des chasseurs devenus randonneurs hors-saison. Tout d’abord : Faire déchargez toutes les armes dos au groupe.

Aprés les recommabdations précédentes, s'assurer de la survie du blessé en attendant les secours spécialisés. Dites vous bien que « le mal est fait » et que paniquer ne sert à rien. Sauf, si une artère gicle le sang, là il y a urgence parce que la mort peut intervenir en 2 minutes après avoir perdu 2 litres de sang. A force de dire aux gens « ne paniquez pas, laissez faire les professionnels » on arrive à des situations aussi absurdes que la mère de famille qui appelle les pompiers pour son enfant qui se noie dans la baignoire !

Avant d’appeler les secours, les collègues, identifier d’abord les points suivants : où se situe la blessure ?  Et comment s’écoule le sang ? C’est le problème majeur !

Une hémorragie consécutive à la rupture d’une artère fémorale, accident classique quand un sanglier charge. Le flot de sang qui jaillit par à coup est énorme, la mort va intervenir dans une grosse poignée de secondes.

point-compression.jpgzxdfg.gif

La seule solution pour sauver le blessé est d’appliquer un point de compression immédiatement au-dessus du saignement ou plus haut à distance si on n’a pas accès au plus près de la plaie. Le pronostic vital est engagé il n’y a aucune minute à perdre.

Deux cas de figures :

  • l’artère est vraiment tranchée ou elle est plus ou moins coupée. Dans le cas d’une artère tranchée, le point de compression est inutile car insuffisant. Il faut boucher l’artère avec un doigt ! Oui je sais….! Mais c’est cela ou la mort intervient en 2 minutes chrono.
  • Si l’artère est plus ou moins coupée, on peut faire en amont un point de compression avec une laisse, un foulard, le CAT ci-dessus, etc.

il est hors de question d’attendre un quelconque secours, le secours c’est vous. Comment voulez vous qu’un service d’urgence arrive en moins de 2 minutes sur un accident ? Il n’y a pas de fatalité ! Ce qu’il manque c’est de l’information. S’il y a, ou si vous suspectez une atteinte au niveau du torse, ne déplacez pas le blessé pour ne pas porter atteinte à la colonne vertébrale ou à la moelle épinière. Ne faites pas comme ce toréro sorti par 4 gars de l’arène comme un vulgaire matelas et qui s’est retrouvé tétraplégique. Ne jamais déplacer une victime, sauf évidemment cas de force majeure. Ne jamais donner à boire à un blessé, mais humectez lui les lèvres.

Si la victime est inconsciente mettez-la en position latérale de sécurité.

zscvb.jpg

La victime ne peut pas se déplacer, il y a et/ou vous suspectez des atteintes à la colonne vertébrale ou à la tête : Affectez une personne au maintien de la tête jusqu’à l’arrivée des secours.

Piqûres de serpents : Outre les conseils classiques que vous trouverez dans les livres, je vous donne le mien : quelque soit le serpent ou l’animal qui vous a mordu, tuez le !! Emportez la tête avec vous à l’hôpital. En permettant son identification vous accélérerez le diagnostic et donc vos soins.

Résumons : En cet instant et depuis que vous êtes arrivé sur le lieu de l’accident, vous avez sécurisé la zone, notamment vis à vis d’un animal blessé. Vous avez déchargez l’arme de la victime et percuter à vide. Attention aux semi-autos, ne vous contentez pas d’enlever les balles du chargeur, il en reste une engagée ! Manœuvrer la culasse et percutez dans le vide. Ce n’est qu’à présent que vous demandez de l’aide avec votre mobile. Le premier collègue qui arrive vous l’affectez au maintien de la tête de la victime s’il y a lieu ou à un point de compression.

Assurez-vous que pour tous les collègues qui arrivent à pied, les armes soient immédiatement déchargées, dos au groupe. Si l’atteinte provient d’un autre chasseur, tir direct ou ricochet, affecté un ou deux collègues à la garde et au soutien psychologique de celui-ci. Il y a trois ans dans l’Aude, le chasseur responsable du ricochet mortel s’est soudainement écarté du groupe et s’est suicidé.

112.jpg ALLO ! Faites le 112 sur votre téléphone. Présentez-vous. Donnez votre n° de mobile. Donnez le lieu exact de l’accident. Le N° de poste, le lieu dit. Précisez l’âge approximatif de la victime. Précisez les circonstances de l’accident : balle, charge d’un animal. Décrivez de manière synthétique l’état actuel de la personne (elle est inconsciente; elle saigne), ainsi que l’évolution de cet état (son état est stable, son état s’aggrave…, inconsciente depuis 10 minutes, etc… Précisez le caractère de gravité (la personne a le bras cassé mais son état général est bon…). Précisez les premières mesures prises et les gestes effectués. C’est le travail du médecin régulateur de gérer l’urgence. Donnez un rendez-vous précis aux secours et décrivez la « personne contact » qui les y attendra. Envoyez un collègue à un endroit où les services de secours vous rejoindront. Rappelez-vous qu’à un croisement de route, on peut y arriver de plusieurs directions à l’inverse d’une route. Attention à la responsabilité juridique si vous prenez une victime dans votre voiture, que ce n’était pas nécessaire et que cela aggrave son état. Si l’endroit n’est pas défini précisément demandez qui possède un GPS et relever la position.

A défaut si quelqu’un possède une carte demandez la et relevez la position. Si vous ne savez pas où vous êtes, faites ceci : Sur les cartes IGN au 25 000 notez les chiffres en gras et en bleu dans la marge de gauche idem en haut de la carte. Dites : «Carte IGN N°18. TOP 25. Nous sommes entre les mentions 4763 et 4762 pour la marge de gauche et les mentions 287 et 288 pour le haut de la carte ». Bien que le carré en question fasse 1 kilomètre de côté c’est largement suffisant pour orienter les secours dans la bonne direction.

helicopteres1.gif

  C’est le boulot du médecin régulateur de gérer l’urgence mais dans l’hypothèse ou il faut faire décoller un hélicoptère, lire ce qui suit :

Avant d’aborder le comportement à avoir face à une évacuation sanitaire héliportée, abordons ce qu’il ne faut JAMAIS FAIRE quand vous voyez un hélicoptére : Ne pas agiter les bras pour dire “bonjour !”.

Deux signes fondamentaux à connaitre et à faire avec les bras :

  1. les deux bras tendu, levé au dessus de la tête, à la façon d’un Y, signifie “Yes” ! j’ai besoin d’aide !
  2. Un bras tendu et autre vers le bas, à la façon d’un N, signifie “No” ! Je n’ai besoin de rien.

Comportement à avoir face à une évacuation par hélicoptère :

L’hélico ne peut pas se poser à  proximité de la victime :

La seule chose que vous ayez à faire c’est de faire en sorte que l’on vous voit de loin. Quitte à ce que vous soyez excentré par rapport à l’accident. Utilisez une couverture de survie métallisé argent en la tenant devant vous, le vent dans le dos, pour qu’elle flotte. L’idéal c’est d’avoir un miroir à éclat. Si vous ne possédez pas de miroir à éclat (attention à ne pas aveugler le pilote !!), pour vous faire repérer, faites un feu avec des branches ou des feuilles mouillées pour provoquer de la fumée. Il est important pour le pilote de connaître la position et la force du vent au sol. Un hélicoptère se pose et décolle TOUJOURS face au vent. L’avantage de la couverture de survie qui flotte au vent c’est qu’elle donne au pilote la direction de celui-ci.

scxs.jpg

Étant donné que vous aurez le vent dans le dos, la couverture flottant devant vous, l’hélico se posera face à vous.

L’hélico peut se poser à proximité de la victime :

Repérez une zone large, 50 mètres de diamétre, c’est le minimum syndical ! Dégagée de toute branches, feuilles, tout ce qui peut se transformer en projectile. sous le souffle du rotor.

S’il y a de la neige, piétinez une zone de 50 métres de large minimum pour que la poudreuse ne se soulève pas. Il faut que l’hélicoptère puisse vous repérer. Utilisez une couverture de survie métallisé en la tenant devant vous, le vent dans le dos, pour qu’elle flotte.

Conduite à tenir face à un sanglier blessé : avant de vous approcher du « sanglier de votre vie » qui est « mort  tué sur le coup » assurez vous d’avoir donné un coup de grâce à la tête, sous l’oreille. Je chasse avec un forestier de 70 ans qui a passé toute sa vie en forêt. Il ne manque jamais d’aménager son poste en fonction d’une attaque possible.

asterix02.gif

Pour cela il met une grosse branche en travers d’un arbre en forme d’Y pour pouvoir instantanément se mettre hors de portée. Si vous en avez le temps, réfugiez vous comme indiqué. Si vous vous faites tamponner par le sanglier et que vous vous retrouviez à terre, il y a de fortes chances pour que vous perdiez votre arme. Si vous êtes à terre sans possibilité de trouver refuge sur un espace surélevé et qu’il revient à la charge, il est préférable d’avoir sur soi, un couteau à lame fixe. 15 à 18 cm maxi de lame c’est suffisant. Qu’il soit à « soie traversante » c’est à dire que la lame ne soit pas vissée au manche, c’est une question de solidité. Qu’il soit pourvu d’une dragonne. Le chasseur évacué par hélicoptère il y a deux ans dans l’Aude, n’a eu la vie sauve que parce qu’un Fox s’est jeté à la gueule du sanglier et n’a lâché prise que lorsque celui-ci est parti. Il était seul au poste. Ayez toujours sur vous : un sifflet, une couverture de survie, un miroir et un feu à éclat, type strobe light.

fumigene-rouge.gif

1005Dans la série, super-héros : En plein Sahara, pour neutraliser le venin un homme n’a pas hésité à produire un arc-électrique sur la plaie avec la batterie de sa voiture !

Et cet alpiniste aux États-Unis, Aron RALSTON. 27 ans, d’Aspen, Colorado, le bras prisonnier depuis deux jours sous un rocher de 500 kg, s’est coupé lui même le bras avec un couteau multi-fonction ! Il finit de descendre en rappel et rejoint à pied la route la plus proche. Il fait maintenant de la pub pour les balises de détresse GPS.

Au sujet des GPS sous forme de montre, porté au poignet : Ils peuvent être utiles pour déclencher des secours pour déterminer et transmettre sa position à l’aide d’un téléphone portable. Attention ! Vérifiez avant l'achat qu'elle puisse afficher les coordonnées GPS ! Toutes ne le font pas !

Avis aux constructeurs : C'est quand que l'on pourra avoir des coordonnées en UTM comme pour les cartes IGN ?????????? Régle de calcul GPS/UTM pour carte papier

Garmin_fenix_HR_0119.5-light.jpg

Voir aussi l'article sur XAVIER MANIGUET

Emission "c'est pas sorcier" sur le secourisme

Par chasseur de sanglier.com - Publié dans : ACCIDENTS DE CHASSE ET PREVENTION
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation du Blog

  • : CHASSEUR DE SANGLIER.COM. TOUAREG VIRTUEL.COM. GEOSTRATEGIE.EU
  • CHASSEUR DE SANGLIER.COM. TOUAREG VIRTUEL.COM. GEOSTRATEGIE.EU
  • : écologie Pyrénées chasse ours sanglier Sport
  • : CHASSEUR DE SANGLIER.COM pour la chasse, TOUAREG VIRTUEL .COM pour mes autres centres d'intérêts & GÉOSTRATÉGIE.EU. Pigiste. Autodidacte et pluri-INdisciplinaire. Recherche des collaborations complémentaires dans la chasse et/ou les questions de Défense, sécurité, géostratégie ou la conception de produits dans la chasse, GPS, GSM, nouvelles technologies, y compris les asymétriques... ! ;-)
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Visiteurs depuis le 01 Juin 2011

compteur web

analyse de fréquentation web Compteur.fr

GOOGLE SCORE :

google-score-copie-1.jpg

cachet officiel CDS

Recherche

Sauf autorisation écrite de l'auteur, il est interdit de copier le contenu de ce blog, qui ne peut être consulté qu'à cette adresse.

Les Fédérations de chasseurs sont autorisées à utiliser ces textes sous réserve qu'elles m'en informent et qu'elles en mentionnent la provenance.

Syndication

  • Flux RSS des articles

NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET MOI….SOUTENEZ CE BLOG !

Vous aimez ce site ?
Aidez-le à se développer en faisant un don sécurisé via Paypal !
paypal logo

moutons-tondus---Copie.JPG

prochaines-elections-copie-1.jpg

moutons.JPG

REVUE : CHASSE PRATIQUE

JANVIER-FEVRIER-MARS

chasse-pratique-decembre-2013.jpg

ACCÈS SMARTPHONE DU BLOG

Screenshot 2014-01-20-10-35-26

tag-chasseur.jpg

blog drapeau

CROSSE-A-TROU-COM-2---Copie-copie-1.jpg

Munitions FREYR

freyr.png

Joël SERRE expert auprès des assurés

gestass-copie-1.jpgjoel-serre.jpg

flamme violette

Lineaire kit systeme.com

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés